AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ARTI ▬ don't leave me alone !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: ARTI ▬ don't leave me alone !   Lun 12 Oct - 15:59

don't leave me alone !
Un énième coup de pied dans la roue avant, tu passes tes mains dans tes cheveux déjà bien trop longs à ton goût avant de venir gratter cette fichue barbe qui te fais ressembler à ce que tu es finalement ; un pauvre alcoolo en manque de bouteille perdu dans la pampa. Tu jettes un coup d’œil désespéré au siège passager du vieux pick-up sur lequel traîne encore un cadavre de bouteille. Un bon whisky âgé piqué dans un coin, une petite perle pour les connaisseurs .. une perle que tu as vider comme une bière de supermarché, comme un barbare, un pauvre paumé qui se noie dans l'alcool. Putain, Silas. Regardes toi mon vieux. Des années que tu ressembles plus à rien. Tu remontes un peu – beaucoup – en arrière et tu vois un type bien, un homme fier et droit, amoureux et heureux … il est où ce bon vieux bonhomme ? Effacé hin. Noyé dans les litres de liquide que t'as ingurgité pour oublier cette douleur au fond de ton cœur. Quand elle t'a laissé, toi tu as tout lâcher. Ton boulot, tes amis, ta famille, ta vie en somme. Tu as sombrer. Tu as couler. Adieu l'homme qui attirait le regard, tu es devenu un pauvre débris à l'hygiène douteuse. L'alcoolo de l'immeuble, qui rentrait éméché à pas d'heure et qui réveillait sa pauvre petite vieille de voisine. Le gars qui avait même plus le courage de passer le balai chez lui au point ou son appartement, jadis si beau, lumineux .. était devenu une espèce de bordel, une porcherie à l'image de son propriétaire.

Un lourd soupire. Qu'est-ce qui t'as pris, vieil abruti de te barrer avec juste une bouteille ? T'as pas pris à bouffer, t'as encore moins pris autre chose à boire. Crétin que tu es. Tu fuis, tu cours, t’essaies de sauver ta peau, ta putain de carcasse abîmée par le temps et les outrages que tu lui fais endurer depuis des années. Tu te retrouves comme un con, finalement. Seul, comme toujours. Toi en tête à tête avec cette foutue bagnole qui fais des siennes. Comme si c'était le moment de faire des caprices … au beau milieu d'une épidémie de tu sais même pas c'est quoi cette merde qui transforme les gens en … en quoi d'abord ? En cannibales ? En monstres ? Peu importe ce que c'est en fait. Ces trucs bouffent les gens comme toi. Et tu refuses de finir comme ça, entre la mâchoire d'un vieil obèse, ou celle d'une pute de bas quartier. C'est gore, hin ? C'est triste aussi. Mais c'est presque l'histoire de ta vie, finalement.

Tu poses tes mains sur le capot, tu le refermes d'un coup sec avant de remonter dans la voiture. Tu tournes la clé, et tu réessaies. Une fois, deux fois, trois fois … ça pétarade, ça tousse, ça gronde et ça grogne … puis ça démarre et tu tapes dans le volant, faisant retentir le klaxon malgré toi. « Hé merde. » Bravo gros débile. T'as du appeler tout le voisinage avec ta connerie.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar


+ TES MESSAGES : 5
+ ICI DEPUIS LE : 07/10/2015

MessageSujet: Re: ARTI ▬ don't leave me alone !   Sam 17 Oct - 14:54



don't leave me alone !


J'étais resté plusieurs jours dans Sacramento, espérant sans doute que mes parents ne seraient pas partis sans moi, même si dans le fond, je savais qu'ils auraient chercher à mettre mes frères et ma sœur à l'abri. Enfin je m'accrochais à l'idée qu'ils étaient tous ensemble et j'essayais d'enlever de ma tête les images du lycée en cendre. J'avais vécu caché pendant plusieurs jours avant qu'un groupe ne me trouve, ils étaient entrés dans le supermarché où je me terrais pour prendre suffisamment de vivre pour commencer un voyage vers le Nevada, vers une petite ville nommée Crystal Bay. Ils parlaient sans cesse d'un message radio, d'un espoir d'un endroit à l'abri de ces monstres. Je les avais suivit, non pas parce que je leur faisait confiance où que je voulais me mettre à l'abri, mais parce que si mes parents avaient entendu parler de cet endroit alors ils y aurait emmener les plus jeune pour les protéger et il était de mon devoir de les y retrouver. Le voyage ne fut pas facile, il fut marqué de nombreux drames, de nombreuses pertes et c'est seul que j'entrais dans le Nevada. J'étais d'abord en voiture remerciant mes parents de m'avoir laisser prendre des leçons de conduite à mes 16 ans. Pourtant si je savais conduire, je n'étais pas le mieux placer pour prendre soin d'une voiture, faire le plein, changer un pneu, remettre de l'huile, j'en étais capable, pourtant quand le moteur se mit soudain à fumée, je regardais le moteur impuissant. J'avais alors pris mon sac à dos, mes affaires et je m'étais mis à marcher, je ne savais pas vraiment où j'étais, j'allais devoir trouver une ville et rapidement puis une carte pour me diriger vers Crystal Bay. Je marchais depuis plusieurs heures déjà, ma pelle bien maintenue en main, elle s'était montré inestimable quand il s'agit de tuer les zombies.

Je commençais à devenir nerveux, la journée avançait à grand pas et je n'avais rien vu qui pourrait m'offrir un abri pour la nuit, je n'avais encore jamais passé de nuit à la belle étoile, il y avait toujours eux au pire la carcasse d'une voiture pour m'offrir un rempart contre les infectés. Je monte une colline, une de celle où on a l'impression qu'elle n'aura jamais de fin, plusieurs fois j'ai envie de faire demi-tour, de retourner vers la voiture et de tenter le lendemain de prendre un autre chemin. Pourtant, enfin j'arrive au sommet et je suis heureux de ne pas avoir flanché, à environ trois cent mètre il y a un homme près d'une voiture, il semble la bricoler et je reste un instant immobile à le regarder. En faite j'hésite, le groupe m'a parler de situation tellement dangereuse, que je me demande si cela est sage d'approcher. Seulement voilà, ça fait des jours que je suis seul et je ne suis pas sur de passer la nuit si c'est ainsi. Je me met en marche, j'accélère le pas même surtout quand j'entend le moteur qui tousse et semble décider à partir, j'ai peu de temps pour me faire voir, car finalement je ne veux pas le laisser partir et au diable les risques. C'est alors qu'un gros coup de klaxon me fait sursauter et je l'entends ronchonner. Je parcours les derniers mètres, pensant tout de même à rester à une distance de sécurité. S'il vous plait. J'avale ma salive quand l'homme lève les yeux vers moi, ok j'ai son attention, mais je n'en mène pas bien large et je passe nerveusement ma main dans les cheveux. Vous pourriez me déposer à la prochaine ville Cette conversation me semble hallucinante, pour un peu on aurait pu croire que j'étais un simple auto-stopper, mais pour un peu seulement car c'est alors que des grognements s'élevèrent derrière moi.



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ARTI ▬ don't leave me alone !   Dim 1 Nov - 16:08

don't leave me alone !
Ça démarre oui. Cette vieille caisse rouillée semble encore décidée à te transporter un moment, tu ne sais pas combien de temps et tu ne sais même pas jusqu'où non plus, mais peu importe en réalité. Tout ce qui t'importe à ce moment présent, c'est de savoir que tu vas pouvoir bouger de là. Tu ne sais même pas où tu es, perdu au milieu de nul part et le pire dans l'histoire c'est que tu ne sais pas non plus où aller. Tu erres autant que les morts, au fond tu es mort. Ou presque … et avec le boucan que tu viens de faire, il se peut que le sois vraiment d'ici peu. Alors décides toi, Mitchell. A droite ? A gauche ? Tout droit peut-être … quelle route vas-tu prendre ? Quelle direction emprunteras-tu ? Tu soupires et tes yeux glissent vers la boîte à gants que tu ouvres pour en sortir une vieille carte trouée, chiffonnée dont tu es presque certain d'en avoir perdu un morceau après ta dernière rencontre avec quelques rôdeurs. Tu la fixes, sans même en réalité réellement la regarder. Tu te perds en réalité dans la contemplation des pliures qui déforment le papier semi épais qui la compose. « S'il vous plaît. » Voilà que tu sursautes. Tu es a cran oui, voyons Silas … les infectés grognent, ils ne parlent pas si poliment. Tu lâches alors la carte des yeux afin de chercher l'origine de cette jeune voix masculine, et puis tu l’aperçois qui se dirige vers toi. Ce gars … ce garçon aux airs si perdus. Toi, tu le trouves bien imprudent d'oser venir t'aborder ainsi. Il faut dire que la différence entre vous deux est notable, tu as de la bouteille – et c'est le cas de le dire – et il est jeune et sûrement plein de naïveté. Tu as une carrure plus impressionnante que la sienne, malgré l'alcool qui vient l'affaiblir et il suffit de te regarder, avec ta barbe hirsute et tes yeux clairs injectés de sang … pour se rendre compte que tu pourrais être potentiellement dangereux pour lui. Pourtant, il continue de s'avancer. Tu le sens nerveux, alors que tu ouvres la portière passager pour mieux l'écouter. « Vous pourriez me déposer à la prochaine ville ? » La prochaine ville … tes yeux se reposent un instant sur ta carte, mais ton regard la fuit de nouveau. Tu es presque honteux, tu ne sais même pas où tu es. Tu ne parviendrais pas à te situer sur cette foutue carte alors … c'est quoi, la prochaine ville à partir d'ici ? Bah, tu vas passer pour un con … ou peut-être pas. « Tu viens d'où comme ça, gamin ? » Oh, malinx le lynx. Lui demander d'où il vient pour t'y repérer un peu mieux … mouais, sauf que t'as même pas vu de quelle direction il venait alors, ça va pas vraiment t'aider. « C'est quoi pour toi, la prochaine ville ? » Pauvre vieux. T'es vraiment pas le champion de la survie, regarde ce gamin. Il est sans doute bien plus doué que toi. Il a quel âge ? Seize ans ? Un peu plus peut-être. Peu importe, il est jeune et visiblement bien plus débrouillard que toi. Lui au moins ne se déplace pas à l'aveugle, non, il a l'air de savoir ce qu'il fait, de savoir où aller aussi. Il a un but, tu peux le lire dans ses yeux. Peut-être a t-il encore de la famille, des amis, des proches quelque part … c'est bien là sa différence avec toi. Tu n'as plus rien. Tu es seul. Tu ne vis et ne survis que pour toi même, autant dire que tu pourrais crever ou te transformer qu'au fond, ça ne ferait pas bien grande différence. « Bwah. Monte va. Je te dépose où tu veux … je n'en ai que faire. »© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ARTI ▬ don't leave me alone !   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARTI ▬ don't leave me alone !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» 02. You can leave your hat on
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Arti en transe ce soir !...
» hey, arti, écoute moi bien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knock, knock. It's death. :: 
...il y aura.
 :: ▬ La poubelle.
-